Aller au contenu principal

S’adonner à l’art de la sieste

Léa Vandeputte
Par Léa Vandeputte (Journaliste Ciem)
Résumé
Un coup de fatigue en début d’après-midi ou une irrépressible envie de dormir ? Rien n’est plus normal : faire la sieste fait partie de nos besoins physiologiques. Pour profiter pleinement de cette pause, suivez notre mode d’emploi.
Image
S'adonner à l'art de la sieste
Corps

Rares sont ceux qui échappent à une baisse de régime en début d’après-midi. Et pour cause, l’être humain est programmé pour avoir tendance à s’endormir entre 13 et 15 heures. L’attention est alors en baisse, les paupières clignent, et certains vont même « piquer du nez ». C’est alors le bon moment pour s’adonner à un petit somme qui, en plus, recèle de nombreux bienfaits : la sieste lutte contre les effets négatifs du manque de sommeil, fait diminuer le stress, accroît la vigilance, améliore les capacités cognitives et participe au bien-être physique et mental.

Adapter sa durée

Elle peut être courte, de 10 à 20 minutes, ou longue, d’une heure ou plus. Il faut adapter sa durée en fonction de son rythme de vie. Une personne qui travaille de nuit n’aura en effet pas les mêmes besoins qu’une personne âgée plus sédentaire. À chacun de trouver la formule qui lui convient. Une sieste courte est constituée d’un sommeil lent et léger qui permet un retour facile à ses activités. Sa forme longue correspond en revanche à un cycle de sommeil lent, avec une activité cérébrale ralentie, puis paradoxal, avec une activité cérébrale plus intense. Elle est plus récupératrice.

Un moment de détente

Pour pratiquer la sieste, il faut s’installer confortablement. Mieux vaut en revanche éviter que les conditions ne soient les mêmes que lors du sommeil nocturne. Allongez-vous sur le canapé plutôt que dans le lit et laissez les volets ouverts pour ne pas être dans le noir. Ceux qui n’arrivent pas à se réveiller peuvent programmer un réveil pour qu’il sonne au bout du temps imparti. Rassurez-vous, faire la sieste ne signifie pas obligatoirement dormir, cela peut être seulement un moment de détente et de divagation mentale.

Et chez les enfants ?

Jusqu’à l’âge de 4 ans environ, la sieste est essentielle au développement et à la croissance de l’enfant. Il est généralement recommandé de lui proposer un temps calme après le déjeuner avant de dormir. Pour cela, il faut l’installer dans sa chambre, dans la pénombre afin qu’il différencie la sieste de la nuit. Au-delà de 4 ans, une période de repos reste souhaitable. Les parents peuvent donc continuer de proposer à leur enfant de se reposer au calme.

 

Vous êtes pressés ? Essayez la sieste flash !

La sieste flash, appelée aussi microsieste, dure moins de cinq minutes. Elle permet de se détendre sans entrer réellement dans une phase de sommeil. Facile à pratiquer et redoutablement efficace, elle peut s’effectuer dans les transports, au bureau ou sur une aire d’autoroute. Installez-vous en position assise et appuyez votre dos sur le dossier de votre siège, prenez par exemple un stylo entre vos doigts et fermez les yeux. Dès que vous lâchez le stylo, la sieste flash est terminée.


Léa Vandeputte - Journaliste Ciem
le Mercredi 6 juillet 2022