Aller au contenu principal

Prêt.e ? Changez !

Kevin Chassangre
Par Kevin Chassangre (Psychologue – psychothérapeute – Docteur en psychopathologies)
En savoir plus
Résumé
Découvrez le cinquième épisode de notre série d’articles consacrée au changement. (Episode 5 sur 6)
Image
Prêt.e ? Changez !
Corps

Épisode 5 : Prêt.e ? Changez !

Objectifs :

  • Établir un plan d’action SMART
  • Initier le changement

Vous établissez un plan d’action ? Bienvenue à l’épisode 5.

Il est important que votre plan d’action soit personnalisé, individualisé,, mesurable, accessible, et réalisable .

 

Un objectif SMART :

Lorsque nous nous fixons un objectif, il est important de savoir où l’on va (vous avez précisément défini votre objectif lors de l’épisode 4) mais aussi comment y parvenir.

 

Quelles étapes allez-vous franchir pour atteindre votre objectif ?

Bien que vous puissiez adhérer davantage à la pensée “tout ou rien“, laissez-vous un temps pour identifier toutes les étapes qui vous paraissent importantes à réaliser pour atteindre votre but ouvotre objectif. N’en omettez aucune, vous pourrez barrer celles qui ne vous semblent finalement pas pertinentes après coup. Il est important de bien noter tout ce qui vous traverse l’esprit car nous omettons souvent des détails importants.

Diviser par étapes permet de se rendre compte de l’ampleur de la tâche à réaliser. Cela peut être anxiogène mais le fait qu’une seule tâche nécessite un nombre important d’étapes (que vous envisagez de faire d’un coup et dans un délai record) montre la nature extrême de l’objectif initial. Identifier les étapes permet de surmonter les tendances aux défis irréalisables. Enfin, le fait d’observer la réalisation des étapes petit à petit maintient la motivation à continuer. Repensez-y…

Laissez-vous le temps. À moins que vous ne soyez adepte de la pression pour réussir, définissez un temps adéquat pour chaque tâche et chaque étape à réaliser. Et afin de prendre le contre pied de votre perfectionnisme éventuel, ajoutez même 20% de temps en plus. Laissez-vous du rab. Cela vous permettra tant de faire face aux imprévus du quotidien, que de vous satisfaire de vous mêmesi vous êtes en avance.

À quel point votre objectif est-il donc SMART ? Cochez ce qui correspond :

  • Mon objectif est-il Spécifique, précis ?
  • Mon objectifs est-il Mesurable (idée claire des différentes étapes à franchir pour y parvenir)
  • Mon objectif est Acceptable (ai-je réalisé une expérience similaire ? Puis-je me baser sur mon expérience ? Sur celle de mon entourage ?)
  • Mon objectif est-il Réaliste ? (le contexte actuel, interne ou externe, me le permet-il ?)
  • Mon objectif est-il Temporellement défini ? (ai-je une idée claire du temps que cela me demandera ?)

 

Demandez de l’aide si nécessaire :

Demander de l’aide est-il une preuve de faiblesse ? Une preuve d’incapacité ? Une preuve de nullité totale ?

Nous avons tous nos défis au quotidien. Certains sont visibles, d’autres non. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs invisibles aux yeux des autres. Car même si autrui peut essayer de les deviner, ils ne sont pas toujours ceux que nous rencontrons réellement. Nous sommes assez doués, en tant qu’être humain, pour dissimuler ce que nous ne voulons pas montrer. Ces défis peuvent tant émaner de circonstances externes ou environnementales, que de circonstances internes et inhérentes à soi. En tant que tel, ni vous, ni personne n’êtes ce que nous en voyons. Enfin, identifier un défi ne signifie pas le comprendre au quotidien. Cela ne signifie pas être à la place de l’autre. Comme personne ne peut être à votre place.

La demande d’aide, à contrario d’une faiblesse, est une excellente preuve d’intelligence sociale et personnelle dans la mesure où :

– elle constitue la voie logique de l’identification de ses propres limites (en tant qu’être humain, nous en avons tous, donc autant adhérer à cette croyance rationnelle)

– et de la recherche de solution alternative afin de dépasser cette difficulté et exprimer d’autres ressources (parfois manquantes dans notre répertoire de comportements) pour garantir au mieux un résultat positif.

En cas de difficulté ou de perte de motivation, n’oubliez pas d’y penser !

 

Consolidation :

Arrêtons-nous un instant sur cette étape importante. Sur une feuille, réfléchissez aux questions suivantes, cela vous permettra d’anticiper les éléments de rechutes et de reprendre le contrôle en cas d’écarts ou d’imprévus :

  • Quels pourraient-être les éléments de rechute potentielle (quand se produiraient-ils, comment se produiraient-ils, pourquoi se produiraient-ils ?)
  • Que pouvez-vous faire pour les anticiper et les éviter ?
  • S’ils arrivent, comment les réparez-vous ? 

 

Ce que vous pouvez retenir

Diviser par étapes nous permet de nous rendre compte de l’ampleur de l’objectif à réaliser. Cela peut néanmoins être anxiogène mais, si nous y réfléchissons, le fait qu’un seul but nécessite un nombre important d’étapes – que vous aviez certainement envisagé de faire d’un coup et dans un délai très court, record et nécessairement impossible à respecter – montre que votre objectif était peut-être déjà en soi irréalisable et inaccessible directement.

Ce qui nous motive, ce n’est pas l’objectif mais lorsque nous observons que nous évoluons vers notre objectif. Se fixer un but, c’est bien. Constater qu’on s’y rapproche, c’est mieux. La considération de ces étapes est capitale pour maintenir votre motivation.

La demande d’aide réfère à la mise en place de ressource différente pour atteindre son objectif, à l’acceptation de son imperfection et de sa faillibilité, à l’opportunité de soutien et à la diminution du risque d’échec. Est-ce preuve de faiblesse ?


Kevin Chassangre – Psychologue – psychothérapeute – Docteur en psychopathologies
le mardi 2 mars 2021